Children of Mana

Publié le par the_last_dragon

Children of Mana

Article de The_last_dragon
Je n'ai jamais jouer à un autre Seiken
Densetsu, que children of mana ;
Je ne pourrais donc pas faire le nostalgique sur cet article XD.

Images de IGN.com

Children of Mana est un Donjon RPG, c'est-à-dire que ses maps ne se composent que du QG principal, et de donjon, sans intervalle entre, mis-à-part une carte du monde.

Poppen qui tond la pelouse   Tamber portant le Gleamdrop

Récemment, je comptais m'acheter un jeux sur DS, pas un Mario ni un Donkey Kong, un RPG.
Alors parmi la gamme des jeux, j'ai hésité entre FF III DS, Children of Mana, Lost Magic, Tales of the tempest et Tao. Tales of the tempest semblait être le meilleur choix, mais ne parlant pas japonais, j'aurais eu un peu de mal à comprendre l'intrigue. FF III en version américaine était désormais ma nouvelle cible, or un bon A-Rpg me démangeait de trop. Il retait donc Com, Lost Magic et Tao. Mon choix s'est finalement porté sur Children of Mana, que j'attendait depuis un bout de temps. Quoi ? C'était prévisible ?
Me voilà donc avec le fameux jeu que j'ai commandé sur internet. Hop, dans la DS.

Le générique commence, je m'installe bien confortablement avec le son à fond. Impossible de ne pas être ettoné par l'introduction magnifique, surtout sur Nintendo DS. Tous les jeux que je teste en ce moment ont décidemment une intro hors-norme, et après il y a encore Tales of Symphonia ! Pour voir la vidéo, donc, suivez ce lien.

Cette cinématique n'est pas la seule du jeu, qui en recelle bien d'autres.
Bref, je lance une nouvelle partie, et je me choisi un personnage.
4 vous sont proposés :

Furrik : 15 ans, garçon

Furrik
Un jeune garçon qui vit sur Illusia. Il a perdu sa famille lors du grand cataclysme. Il est enclin à l'action et honnête, mais il a un côté téméraire.

Tamber : 16 ans, fille

Tamber
Une jeune fille avec un grand sens du devoir. Elle était membre d'une troupe où elle faisait des acrobaties et dansait. Après avoir perdu sa famille dans le cataclysme, elle est venue sur Illusia avec les habitants de sa terre natale.

Poppen : 9 ans, garçon

Poppen invoquant l'esprit de l'eau
Un gamin sans peur qui vit sa vie comme il l'entend. Il a grandi sans connaître ses parents, mais il considère Furrik et Tamber comme son frère et sa soeur.

Voyageur (oui, c'est son prénom) : âge inconnu, garçon

voyageur
Un nomade loyal et compatissant du peuple Niccolo. Il a voyagé dans le monde entier mais il a une nette préférence pour Illusia et y vit depuis de nombreuses années.

Citations du livret de jeu

à gauche, Furrik, à droite Tess (NPC)   Que va-t-il se passer ?

Mon choix se porte sur Furrik, sans hésiter une seule seconde. Je le renomme ensuite "Grav'", et je pars pour Illusia. Je me balade donc dans le village de départ, en parlant à tous les NPC's (les villageois si vous préferez).
Tous discutent comme par hasard de ce qui c'est passé il y a dix ans, pour vous mettre au courant du scénario.
L'histoire n'étant pas le plus important dans ce jeu, je ne vais pas m'attarder dessus.
Quelques péripéties plus tard, je m'engage dans le premier donjon. Après un petit tutorial, je sais désormais comment me battre à l'épée, parer les coups et invoquer mon esprit élémentaire. Les joutes de combats sont très dynamique, et derrière ce jeu old-school se cache une fluidité inouïe. Lorsque vous faites une frape décisive, vous envoyez valser vos ennemis et les faites rebondir contre les murs ou leurs alliés, créant ainsi une multitude de dommage. Attention tout de même, car ceci est aussi valable pour vous ! A force de combattre, une barre se remplie en bas de l'écran. Une fois pleine, vous pouvez passer en Fury, par le billet du bouton Select. Votre vitesse de frappe est alors amplifiée, et vous avez recours à des attaques spéciales. Evidemment, la barre retombe à zéro au bout d'un certain laps de temps.
Vous obtiendrez pendant votre long périple trois autres armes :

La chaîne : Une arme que vous faites tournoyer autour de vous, elle peut également servir de grappin.

L'arc : Une arme servant à attaquer à distance, sans limite du nombre de flèche. Vous pouvez charmer les ennemis en s'en servant comme une harpe.

Le marteau : L'arme dévastatrice par excellence, elle éjecte litéralement les opposants. elle est parcontre très lente.

 

La chaîne improvisée en grappin  Un sort, suite a une invocation 

 

 

 

Pour personnaliser votre protagoniste, vous pouvez vous munir de gemme, en les emboîtant dans votre chassis à gemme. Ces pierres précieuses vous fournissent des avantages certains, tel des bonus de stats ou des coups spéciaux. Vous pouvez également en fussionner pour en obtenir de toutes nouvelles. Mais attention, la place dans votre chassis est limitée !

Four swords adventure ?   Un boss à quatre joueurs

Pour finir :
CoM est un jeu complet au niveau de la personnalisation du héros, mais son nombre de donjon est médiocre. Les fans de la série sont apparemment déçus par ce titre. Heuresement, les quêtes annexes sont nombreuses et rallongent la durée de vie si courte. Même si les récompenses offertes en cas de succès ne sont pas attirantes, il vaut le coup de les faire pour les maps inédites.
Comptez une quinzaine d'heure pour finir le jeu avec un seul personnage. Vous pouvez donc dépasser la quarantaine si vous décidez de faire l'aventure avec les 4 aventuriers (avec 3 slots de sauvegarde XD). L'avantage de children of mana est son mode multijoueur (multi-carte), achetez le donc si vous avez des amis qui ont le jeu, ou si vous êtes amateur du genre. Je n'ai pas pu tester le mode multi, mais je promets d'en faire un article dès que ça sera le cas.

Publié dans jeux vidéo

Commenter cet article