Tales of Symphonia : LE jeu sur gamecube !

Publié le par the_last_dragon

Tales of Symphonia 

Article de The_last_dragon

images de IGN.com
Tales of symphonia est un jeu que je trouve extraordianire. Je dirais même que c'est celui qui m'a le plus passionné dans ma courte vie, sans doute parce que ma PS2 a laché avant que je ne m'interresse vraiment aux RPG.

L'introduction est bluffante, car, comme dans tous les jeux de la série des "Tales of", elle est en anime. Comme je le fais d'habitude, je place un lecteur pour que vous pouviez la voir.
Malgré un début très (voire trop) enfantin, ToS se révèle être un chef-d'oeuvre incontestable. D'où tire-t-il toutes ces éloges ? 

Kratos, dans une église  Flanoir, la ville ennneigée

Un scénario simple, mais efficace :
Même si les 10 premières heures ne sont pas très convainquantes, le jeu saura garder en haleine n'importe qui par la suite, par ses personnages attachants. Le joueur trouvera à coup sur sa personnalité parmi un d'eux. Le scénario parait cliché et linéaire -il l'est-, mais il donne réellement envie de jouer. Notez tout de même qu'il existe plusieurs variante possible dans le script, nottament au dernier quart du jeu. Je m'explique : Durant le jeu, des choix vous seront donnés, comme par exemple aider Colette ou Génis. Ainsi vous pouvez gérer le niveau de relation entre Lloyd (le personage principal) et les autres héros. La dernière partie de l'aventure sera ainsi dédiée à ce personnage.
Ce petit plus peut aussi donner envie de recommencer le jeu plusieurs fois.

    
Une scène  LLoyd est le leader du groupe.

Des combats très dynamiques :
Le système de combat est le gros point fort de ToS. Fluide et défoulant, vous passerez du bon temps à terrasser vos opposants. Comme d'habitude dans les Tales of, l'action se déroule horizontalement. Vous contrôlez un de vos quatre héros sur la zone, et choisissez les statégies de vos alliés. Pour changer de combattant, une simple pression de la touche Z dans le menu suffit. Les techniques s'attribuent à des raccourcis tel que "B + haut". Ainsi vous personnalisez vos persos comme vous le souhaitez. Comme si cela ne suffisait pas, une jauge en bas de l'écran se remplie au fur et à mesure que vous faites travailler votre arme. Une fois remplie, vous pouvez lancer une attaque collective à tout moment. Toujours stratégiquement prévue, il vous faudra profiter de ce moment pour éxécuter vos meilleurs techniques, et réalisées des assauts spéciaux, avec deux perssonnages.
Jusqu'à 3 autres joueurs peuvent participer à la baston, à n'importe quel moment, mais le seul défaut de ce mode multijoueur, c'est que la caméra restera toujours fixées sur le joueur 1.

 

Ca va morfler pour l'ours !  

Des graphismes sublimes et des musiques entrainantes :
Tales of Symphonia est d'un cell-shading vraiment très bien réussi. Certains endroits apporte leur lot d'emerveillement, comme la forêt d'Ymir. Les effets visuels en combats vous impressionneront également, même si l'on a déjà vu mieux. Les musiques, quand à elles, correspondent parfaitement à l'ambiance. Même si elles ne sortent pas de l'ordinaires, certaines pendant les combats donnent vraimment envie de tout donner, de "bourrinner".

 

Quelques bons souvenirs à cet endroit !  Arrivée au port

Scénario : 70% 
Ce n'est pas ce qu'il y a de mieux, mais on apprécie tout de même les scènes à variantes, selon les niveaux de relations.
 Graphismes et sons :  80%
Tout est vraiment beau, le cell-shading est très bien géré (sauf quelques défauts au niveau des expressions). Les musiques sont sympatiques, et les voix n'ont aucun défaut.
 Gameplay : 90%
Les combats, d'une fluidité incroyable, sont très entrainnants. Ai-je besoin de tout répéter ?
 Durée de vie : 95%
 Une soixantaine d'heure pour finir le jeu. Il existe également une possibilité de "new game plus", qui reprends certains critères de la partie finie et bonus en plus (XP X 10, garder les techniques...). Les variantes scénaristiques sont aussi un argument pour recommencer le jeu !
 Note générale : 85%
 Tales of Symphonia est un RPG qu fait frémir les non possesseurs de la Gamecube, à moins qu'ils ne l'achètent sur PS2 en japonais... Bref, si vous avez une GC, achetez-le !

 

 

Publié dans jeux vidéo

Commenter cet article