Dragon Quest 8 : L'Odyssée du Roi Maudit

Publié le par Ryu

Dragon Quest 8

 Article de Ryu

   Jusqu’à présent, je n’avais jamais joué à un RPG, préférant de loin les jeux d’action. Avec Dragon Quest –inutile de vous raconter comment ce jeu m’est tombé entre les mains- j’ai découvert avec surprise un nouveau genre de jeu, qui vaut le détour.

Ca va faire mal !  Notre héros


Or, donc, après une intro mystérieuse au coeur d’un château ensorcelé, Trodain, je me retrouve pour la première fois face à trois monstres avec pour seule arme, un menu d’action. Maladroitement, je règle la seule attaque dont je dispose pour mes deux personnages, et j’attends la suite avec angoisse. Heureusement, la victoire me sourit, et une cinématique reprend le contrôle de Ryu –le nom que j’ai donné au héros- pour l’amener devant la première ville, Lontania.

Le roi...  Une ville

Je suis agréablement, surpris par les graphismes, tirés, on le croirait d’un dessin animé aux teintes japonaises. Je tiens à préciser que ce jeu est magnifique rien qu’au niveau graphique, et les couchers de soleil au dessus de l’océan sont merveilleux. Fermons cette parenthèse, pour nous concentrer sur le scénario qui est assez développé, et plutôt long, il faut environ une centaine d’heures pour espérer finir le jeu, sans les quêtes annexes.

Une superbe vu !  Ho hisse !

Or, donc, je me promène ainsi de ville en ville, de donjon en donjon terrassant des boss, et aidant les personnages, à la poursuite du fou qui a ensorcelé Trodain, grâce au sceptre magique très puissant contenu dans ce château. Les villes et les paysages défilent, et l’on découvre à chaque fois, un nouveau meurtre commis par le fou, Doulmagus. Je m’arrête ici, pour éviter de trop spoiler, mais je précise quand même que l’histoire est beaucoup plus compliqué, et ne s’arrête pas, une fois Doulmagus mort… Les personnages sont assez charismatiques, sauf le héros, qui bien sur ne parle jamais… Il existe aussi un appareil permettant de mélanger différent objets, l’alchimarmite. Ainsi vous pourrez fabriquer des armes à l’avance, et être relativement plus fort. N’hésitez pas à vous attarder dans les donjons pour récupérer des items et des armes, ce qui vous permettra de ne pas à avoir à les acheter plus tard. Voilà pour Dragon quest 8, un jeu remarquable. Il me reste à vous présenter les héros qui intègreront votre équipe.

 Yangus, le héros, Jessica et Angelo  Wouarf !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les personnages

Le héros : Soldat de la garde du château de Trodain, le seul qui ne fut pas atteint par la malédiction, mais pourquoi ?


Yangus : Un barbare de Pickam, qui s’est soumis à vous, vous considérant comme son chef, depuis que vous lui avez sauvé la vie.


Jessica : Elle rejoint l’équipe après Port-Espérance, pendant la traversée vers continent Sud, juste après le boss. Elle est très têtue, et les marins de Port Espérance la trouve plutôt jolie…


Angelo : Templier, frère de lait de Marcello, chargé par celui-ci, -capitaine des templiers- d’accompagner l’équipe dans leur quête afin de tuer Doulmagus et de venger le père Fransisco…

Yangus attaque  Une attaque ennemi

 

 

Je pense que Dragon quest est un jeu génial, qui vaut vraiment le coup d’être acheté si l’on a une PS2. Je ne peux rien dire à propos des autres épisodes, sur DS ou autre, je n’y ai jamais, joué, mais je ne pense pas qu’ils seront à la hauteur de dragon quest 8.

Scénario : 90% 
 Assez recherché, et un peu orignal, sur certaines quêtes, mais le tout reste quand même classique, avec une histoire centrée sur le bien et le mal. Cela n’en est pas moins génial, et on est tellement absorbé dans l’histoire que l’on arrive pas à prévoir la suite, même s’il s’agit d’un scénario plutôt typique.
 Graphismes et sons :  95%
 Rien à dire. Level 5 maîtrise le cell-shading, et la beauté de certains endroits est à couper le souffle. Notamment, lorsque l’on peut voler avec - non, je ne spoile pas, héhé - lorsque l’on peut voler, les paysages vu de haut gagnent en splendeur…
 Gameplay : 90%
La jouabilité est remarquable, aucun bug ou ralentissement ne surviennent, et beaucoup de moyens de transport peuvent nous faciliter la vie, comme le Smilodon, ou le bateau, qui permettent d’aller plus rapidement qu'à pied.
 Durée de vie : 95%
 La durée de vie est énorme, sans compter toutes les quêtes annexes. 100 heures de jeu, pour réussir tous les donjons, car il faut passer des journées (virtuelles) à s’entraîner, et à amasser de l’argent pour s‘acheter les dernières armes.
 Note générale : 92.5%
 Je pense que ce jeu le mérite. Même si vous n’êtes pas féru des jeux de rôle –comme moi- ce jeu vaut le coup. D’ailleurs, il a réussi à me convertir au RPG puisque j’envisage d’acheter FF3 sur DS.

 

Publié dans jeux vidéo

Commenter cet article

Ryu 09/03/2007 18:21

Waw ! Trop beau test ! Ah.. mais c'est moi qui l'ai fait ?! Ben ça doit être pour ça ! hahahaha !!! xd ptdr