Lunar Knights : Un A-RPG pas mal du tout !

Publié le par the_last_dragon

Lunar Knights

Article de The_last_dragon
Image de IGN.com

Lunar Knights poursuit la voie tracée par ses prédécesseurs Boktai. On retrouve la même ambiance, et les même styles de graphismes, c'est-à-dire en 2D isométrique. Ce titre n'utilise cependant pas de capteur solaire, à moins d'insérer dans le port GBA un jeu de la série Boktai. L'influance des actions avec les précipitations et la température est cependant conservée. Grâce à un sattelite nommé ParaSol, vous pouvez changer le climat, à condition d'avoir débloqué celui voulu. Il vous faudra par exemple dépasser les 25 degrès pour faire assécher une étendue d'eau, ou encore alors rendre le ciel neigeux, afin que vos équipements dévoilent tous leurs pouvoirs.
Un système de jour et nuit est également présent, mais j'y reviendrai un peu plus tard.

  

Dès le démarrage du jeu, on est surpris par l'introduction en anime, vraiment excellente ! Elle reprends en fait des extraits des cinématiques du jeu, en anime également !
L'histoire se passe sur la planète Terre, mais il est important de savoir que dans l'ère spaciale, les voyages dans l'espace font parti des choses banals. Notre Terre, donc, est peuplée d'hommes et de vampires, ces derniers menaçant l'humanité par leurs pouvoirs obscures. Les humains, pour se redonner courage, ont adopté une réplique : "Que le soleil soit avec toi" ou "May the Sun be with you". On remarque tout de suite la référence à Star Wars, mais il faut avouer que la réplique ne sonne pas très bien !
Pour l'instant, rien de très spécial, mais le scénario devient plus intèressant vers la fin du jeu.

Les personnages (que l'on peut renommer)

Lucian :
Lucian est un chasseur de vampire accompagné de son Terrenien Nero. Solitaire, sobre , et ayant énormément de classe dès qu'il ouvre la bouche, Lucian est le Kratos/Riku du jeu, bref, le gars ténébreux. Il n'a confiance qu'en lui même, et en Nero, étant près à écraser tous les individus douteux qui se mettent sur leur route. Le simple fait de penser à voyager avec Aaron le dégoute, dumoins au début du périple, mais les deux héros ayant un but plus ou moins commun, il ne peut refuser.

Aaron :
Aaron est un vrai gamin ; C'est en tout cas ce qu'il parait être dans ses débuts en tant que bandit. Vous commencez à le contrôler alors qu'il finit son entrainement au Solar Gun... sans munition ! C'est après quelques minutes de jeu plus tard qu'il fera connaissance de Toasty, le Terrenien du soleil, qui lui permetra enfin de tirer avec son arme. Durant l'aventure, Aaron gagnera en assurance, pour finalement devenir un véritable bandit.


  


Les Terreniens :
Ce sont des esprits ayant chacun un élément comme attribut. Les vampires en utilisent 4 d'entre eux à des fins destructrices, et vous devrez les libérer ! Une fois équippés à un héros, ils accompagnent ses coups d'un flux élémentaire. Une fois en transe, ils peuvent fusionner avec le personnage, ou lancer une attaque divine jouable au stylet ou au micro, selon le Terrenien.

Chacun de vos deux héros est indépendant. Un seul apparait à l'écran lors des phases de jeu, mais vous pouvez à tout moment en changer de protagoniste, via la touche select. En ce qui me concerne, j'ai plutôt tendance à utiliser Lucian, car le corps à corps demeure plus agréable que l'attaque à distance, avec les Solar Guns de Aaron.
De plus, ce dernier a vraiment une défense trop basse !
On retrouve les classiques PVs, RPG oblige, mais les MPs sont remplacés par une barre d'énergie. Celle-ci se vide en utilisant l'énergie des Terreniens ou en courrant. On peut la recharger en levant sa main (haha !) vers le soleil, pour Aaron, et vers la lune pour Lucian. Dans les donjons en plein air, une simple pression du bouton A où que vous soyez, permet de récupérer de l'énergie, mais dans les endroits clos, il vous faudra trouver une lucarne laissant passer la lumière de votre source.






Les phases de jeu en vaisseau :
Pour finir la purification d'un vampire, il faut se rendre en vaisseau spatial jusqu'à votre satellite. Cependant, des hordes de vaisseaux ennemis essayeront de vous empécher d'accomplir votre mission. Ces phases en vaisseau, donc, se jouent entièrement au stylet. Pour déplacer votre vaisseau, il suffit de poser le crayon dessus, et le faire glisser sur l'écran. Pour tirer des lasers, il faut pointer un endroit ou ennemi. A chaque Terrenien, est lié une rame pour le vaisseau. Les parties deviennent d'ailleur trop faciles une fois en possession du Terenien du feu.
A la fin de chaque traversée se trouve un Boss, un vaisseau géant muni jusqu'aux dents... heu... réacteurs plutôt.
Les niveaux spatials sont rejouables à souhait, et on ne peut que s'en réjouir, car il faut avouer que contrôler le vaisseau est très agréable !

   

Scénario : 50% 
 Ni très original, ni tropprenant, le scénario reste classique.
 Graphismes et sons :  90%
 La 2D isométrique est pas mal du tout ! Les musiques, elles, sont sublimes, on croirait presque jouer sur une console de salon, à certains moments. Il ne faut pas non plus oublier les cinématiques en anime, vraiment très réussies !
 Gameplay : 70%
 Rien d'exceptionnel au niveau des boutons. Les attaques spéciales des Terreniens demeurent assez agrable à utiliser, SAUF celle d'Ursula.
Les phases en vaiseau sont également géniales !
 Durée de vie : 70%
Une quinzaine d'heure environ pour finir le jeu. Notez qu'il existe un New game+ et un mode "Hard", qui peuvent rallonger la durée de vie.
Il existe un mode multijoueur, accessible jusqu'à 4 joueur(chacun sa cartouche ou téléchargement DS). Le jeu est jouable en ligne... pour les versions Jap et US, mais pas la notre !
 Note générale : 70%
 Lunar Knights et un A-RPG sans trop de véritable qualité ni défaut. Il n'en demeure cependant pas moins interressant.

Publié dans jeux vidéo

Commenter cet article